Toutesdirections.info, un blog d'information tout azimut !

Top 3 des grandes villes de Dordogne

grande-ville-dordogne-sarlat-la-caneda.jpg

Vous voulez partir en vacances en destination de la Dordogne ? Si vous êtes entrain d’organiser votre séjour, le blog régions de France vous présente, ci-dessous, les 3 plus grandes villes de Dordogne que nous vous conseillons de découvrir durant votre séjour.

Périgeux

On doit se frotter les yeux en arrivant à Périgueux, la première des grande ville de Dordogne. En plein pays roman, la cathédrale Saint-Front surprend par son architecture. On se croirait transporté du côté d’une Byzance idéalisée. Normal. L’architecte qui l’a rebâtie au XIXe siècle avait également réalisé le Sacré-Cœur à Paris. Mais revenons un peu en arrière.
Les Romains s’installent en premier dans ce méandre, au milieu de cet ensemble de collines calcaires et nomment la cité Vesunna du nom d’une divinité locale. Plus tard au Moyen Âge, elle devient cité épiscopale, mais elle n’en subit pas moins les guerres de Religion. Descendu de Paris, Blaise de Monluc écrase les Protestants à quelques kilomètres. Elle devient chef-lieu du département à la Révolution.
Pour les collectionneurs de timbre, la ville fait aujourd’hui figure de Mecque, l’Imprimerie nationale s’est installée ici depuis 30 ans et y réalise aussi bien les timbres postaux que (moins drôle) fiscaux. Elle peut se visiter mais sur réservation.
À Périgueux, on n’oubliera pas de faire son marché. Les étals tenus par des fermiers proposent quantités de produits frais. On est au pays de la bonne bouffe, pourquoi bouder son plaisir ? Et dans les boutiques alentour, vous trouverez tous les produits périgourdins : huile de noix, châtaignes, truffes...
Pour la découvrir côté rivière, on peut emprunter les barques plates (gabares) pour une visite guidée de la vieille ville.

grande ville de Dordogne
Bergerac

On ne peut bien sûr s’empêcher de penser à Cyrano, le plus célèbre des Cadets de Gascogne. Bretteur et poète immortalisé par Edmond Rostand. “C’est un pic, c’est un cap, que dis-je c’est un cap, c’est une péninsule !” Désolé pour la légende, mais le vrai Cyrano est né à Paris (et aps dans une grande ville de Dordogne), son surnom ne lui servit qu’à intégrer la compagnie de monsieur Carbon de Castel-Jaloux.
Au Moyen Âge, Bergerac jouit de privilèges commerciaux et exporte ses vins vers l’Angleterre. La cité s’enrichit d’abord et devient à la Renaissance la capitale intellectuelle du protestantisme. Brimée, ces riches marchands s’expatrient vers l’Angleterre et la Hollande plus tolérantes. La ville devient pourtant un grand centre de batellerie et on peut encore la visiter à partir d’une gabare, bonne occasion de se glisser dans la fraîcheur de la rivière.
Aujourd’hui, Bergerac est reconnue comme centre de la tabaculture en France. Car c’est dans les plaines de la Dordogne que se concentre la majeure partie de production de “l’herbe à Nicot”. “La passion des honnêtes gens”, disait Molière. On ne manquera pas de faire un tour au musée qui lui est consacré.
À quelques encablures, nous sommes dans le vignoble de Monbazillac qui produit les vins blancs liquoreux que l’on apprécie au dessert. Une bonne raison d’y faire étape.

Sarlat

Pas de doute, ce sont bien les forêts de châtaigniers qui donnent au Périgord Noir son appellation, car lorsqu’on entre dans Sarlat, la dernière des grande ville de Dordogne, point de noirceur. Au contraire. C’est la blonde pierre calcaire de Dordogne qui sert ici de matériau de construction, et ce depuis le Haut Moyen Âge. L’existence de la ville est attestée depuis le Xe siècle. Bâtie d’abord autour d’un monastère, elle s’entoure de murailles pour faire face aux conflits qui ensanglantent la région durant la guerre de Cent ans. Ville religieuse qui compte 37 évêques dans son histoire, la Révolution la prive de ses avantages. Et c’est sûrement cette mise au ban temporaire qui fait sa chance. Mal desservie par les chemins de fer au XIXe siècle, elle préserve son architecture. Et c’est pour ça que nous l’aimons. Pour la balade historique et gourmande.
On pensera à l’amitié bien sûr. Car ici vécut La Boétie, ami de Montaigne. Le sentiment qui unit ces deux hommes de la Renaissance laisse de belles pages que les écoliers de France étudient encore.
Il faut se laisser guider par ses pas dans les venelles, râper sa paume à la pierre des murs, et guetter à l’heure du repas les meilleures adresses. Dans Sarlat, on ne mourra pas de faim. Les restaurants abondent où l’on y célèbre l’oie sous toutes ces formes. Foie gras, confits, magrets, accompagnés de petits vins régionaux. Si l’on ne peut vous empêcher d’y faire halte en plein été, sachez toutefois que vous n’y souffrirez pas de la solitude.

franck - 29 juillet 2022 à 07:37

Cet article ne reçoit pas de commentaire.

Gérer les cookies

Ce site utilise des cookies nécessaires à son fonctionnement, ils permettent de fluidifier son fonctionnement par exemple en mémorisant les données de connexion, la langue que vous avez choisie ou la validation de ce message.